Le cours, et quand s’en détacher

Le cours, et quand s’en détacher



Question intéressante d’un lecteur, dont notre réponse peut peut-être profiter à un plus grand lectorat : en première année, comment savoir quand on peut se permettre des libertés avec les exigences du prof pour mieux se concentrer vers les exigences des concours ?

© The Simpsons
© The Simpsons

Question

« Vous dites qu’il faut mieux se préparer au concours final plutôt que de plancher sur un devoir ou pour une kholle si les conséquences restent maîtrisables, mais comment savoir si le travail que nous demande l’enseignant n’est que peu important pour la suite? (Je suis bien d’accord lorsqu’il s’agit de faire la biographie d’un auteur, connaître sa doctrine et ses pensées semblent suffisant, mais pour le reste?) »


Réponse

Bonne question. C’est en effet une chose que tu ne peux pas deviner par toi-même, et c’est pour cela qu’il faut faire 100% confiance aux professeurs les trois premiers mois de l’année. Parallèlement, il est important de se familiariser rapidement avec ce qui sera évalué aux concours, notamment avec le niveau d’exigence demandé.

Comment ? Une fois que tu as bien compris les « règles du jeu » de chaque matière (notamment en français, et en histoire/éco, où elles ne sont pas immédiatement évidentes), en regardant trois choses : les énoncés des exercices donnés aux concours, les rapports de jurys, et les copies des meilleurs élèves qui ont réussi.

Sans te laisser impressionner par les notions évoquées, forcément méconnues dans un premier temps pour la plupart d’entre elles, regarde davantage le périmètre de ce que l’on demande, les grandes tendances des réussites et des lacunes des candidats. En te familiarisant ainsi, tu comprendras de toi-même, petit à petit, quelles libertés tu peux prendre avec le cours du prof.

Ce travail, très peu de préparationnaires le font avant la seconde moitié de la deuxième année, or il est je pense crucial pour bien comprendre ce qu’il est très important de faire, et ce qui est sous-optimal voire contre-productif. Personne n’a jamais raté son concours parce qu’il ne savait pas dire déshumidificateur, climatiseur mobile ou lit parapluie en espagnol, mais ces mots font pourtant partie de certaines listes de vocabulaire.

Si tu es avisé et centré sur l’objectif final, tu peux gagner beaucoup de temps et réinvestir beaucoup d’efforts dans ta préparation.


Pour ne jamais manquer un article du blog :
!

***

Retrouvez une méthode clé-en-main pour réussir les écrits en prépa HEC dans le guide Je Vais Vous Apprendre à Intégrer HEC.

Tout sur la préparation de l'oral dans 15 écoles de commerce, depuis HEC, l'ESSEC et l'ESCP jusqu'à SKEMA et France Business School, dans Prépa HEC, d'Admissible à Intégré.


Comments are closed.