Étiquette : Révisions

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi de Murphy (4/5)

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi de Murphy (4/5)

« Si un projet peut mal tourner, il va infailliblement mal tourner » : telle est la promesse de la Loi de Murphy, adage à mi-chemin entre plaisanterie aisément relayée et principe sain de pessimisme forçant à parer à toutes les éventualités.


Source : www.fenderbender.com

Evidemment, la loi de Murphy n’a évidemment rien de scientifique ou de statistique, elle tient principalement au fait qu’un événement négatif marque plus le sujet qu’une réussite ; un biais communément partagé consiste donc à de parer au mieux à l’éventualité d’un échec.

Cependant, il peut s’agir d’un excellent principe de précaution dans le cas où ne pas rater une tâche, ou une échéance, est réellement capital.

Qu’est ce que cela veut dire pour vous ? Que vous avez tout intérêt à lister les événements capitaux, et à exercer une forme de paranoïa intelligente à leur égard : double réveil le jour des DS (éventuellement même charger un ami de faire « troisième réveil »), achat dès aujourd’hui de batteries de rechange pour votre calculatrice et votre montre, doubler tous vos stylos, etc. Au-delà de ça, soyez infaillible sur les éléments déterminants de chaque matière : cours en maths, règles en langues, etc. Le jour où tout va mal… vous vous en remercierez.

La semaine prochaine, la loi de Parkinson vous montrera comment mettre à profit votre manie de toujours tout travailler à la dernière minute.

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi des séquences homogènes (3/5)

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi des séquences homogènes (3/5)

Souvent appelée loi de Carlson, du nom de son inventeur supposé, la loi des séquences homogènes stipule qu’une tâche effectuée en une fois (séquence homogène) demande moins de temps et d’efforts qu’une tâche réalisée en plusieurs fois. L’interruption dans une tâche a un coût en termes de productivité, qui est très souvent sous-estimé : c’est la cassure dans le « flow ».



Qu’est ce que cela veut dire pour vous ? Lorsque vous travaillez, veillez toujours à limiter au maximum les risques d’être interrompu. Car le plus souvent, le temps perdu à cause de l’interruption d’une tâche est supérieur au temps de l’interruption lui-même. Lorsque vous vous autorisez une pause en revanche, prenez-là de bon coeur. Alternez travail et détente selon vos besoins, pas ceux des autres : éteignez votre portable, fermez votre porte, et signifiez bien à votre entourage que vous ne souhaitez pas être interrompu. Utilisez par exemple l’alternance travail / détente prônée par la technique Pomodoro, grâce à e.ggtimer.

La semaine prochaine, la loi de Murphy vous aidera à identifier et assurer les éléments qui comptent réellement dans votre préparation.

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi des rendements décroissants (2/5)

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi des rendements décroissants (2/5)

La loi des rendements décroissants, popularisée par David Ricardo, exprime le principe simple selon lequel, dans tout projet, les efforts portés en premier sont les plus rentables, et que, à mesure que le projet croît, chaque « unité » d’effort supplémentaire produit un rendement proportionnellement moindre que celle qui lui précède.

Source : relationship-economy.com

Toutes choses étant égales par ailleurs, chaque heure passée à travailler votre langue vivante aura un rendement relatif inférieur à la précédente : elle apporte sa pierre a un édifice plus solide, pour qui elle est donc moins vitale.

Qu’est ce que cela veut dire pour vous ? Cela veut simplement dire qu’il faut prioriser, toutes choses étant égales par ailleurs, les matières où vous n’êtes pas encore bon : chaque effort est payé cash. Il est bien plus facile de passer de 2 à 7 que de 12 à 17. Par ailleurs, plus les heures avancent, moins il est utile de vous acharner sur ce devoir de maths qui vous a déjà pris deux demies-journées, quand d’autres tâches réclament votre effort et paieraient bien.

La loi des rendements décroissants souligne à quel point la modération est positive en toute chose, et qu’en prépa, il faut ne jamais mettre tous vos oeufs dans le même panier.

La semaine prochaine, découvrez la loi des séquences homogènes, et connaissez la réelle némésis d’une session de travail en prépa HEC.

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi de Pareto (1/5)

Cinq lois de productivité à connaître en prépa HEC – La loi de Pareto (1/5)

Les lecteurs de JVVAIX ou PHDAAI le savent : la loi de Pareto (ou règle des 80/20), stipule que dans toute mobilisation d’efforts en vue d’un objectif fixé, 20% des efforts les plus stratégiques produisent 80% de l’effet.


Vilfredo Pareto (1848-1923)

Ce sont les 20% des questions de votre DM de maths qui compteront pour 80% de la différence que vous ferez d’avec vos camarades, 20% du temps passé sur votre révision du programme d’Histoire-Géo qui générera 80% de la matière que vous utiliserez sur le sujet qui tombera finalement. A l’inverse, 80% des ressources (en temps, en efforts, en argent), que vous consommerez pour arriver à vos fins ne contribueront qu’a minima vers l’objectif choisi. C’est lorsque vous passez deux heures en philo sans écouter le cours (au lieu d’écouter le cours… ou de faire des maths !). C’est lorsque vous restez dans votre zone de confort en maths en ne vous attaquant qu’aux exercices que vous savez déjà faire, etc.

Qu’est-ce que cela veut dire pour vous ? Que vous devez élaguer l’emploi de votre temps pour le consacrer à des tâches qui en valent toujours la peine en vue de l’objectif des deux ans : réussir le concours. Vous devez identifier ces 20% de l’effort qui, pour vous, se traduisent par 80% de l’effet, et les répliquer autant de fois qu’il le faudra. Vous pouvez relire cet extrait si vous souhaitez.

Dans tous les cas, retenez une chose : en prépa, traitez votre temps comme une ressource très rare, et exigez-en le meilleur.

La semaine prochaine, découvrez la loi des rendements décroissants, et ce qu’elle implique pour vous en prépa HEC.

La prépa 2.0 – aubaine ou piège ?

La prépa 2.0 – aubaine ou piège ?

La croissante numérisation des supports du savoir ces dernières années (portables, Ipad, Kindle, etc.), et la multiplication des ressources adaptées à ces nouveaux formats pose une question : dans un cursus où l’ensemble des cours et des évaluations au cours de l’année et aux concours resteront 100% papier pour encore longtemps, quelle place accorder à l’informatique ? Petite typologie.

Source : Journaldugeek.com

Les ressources en ligne (annales, exercices corrigés, blogs comme celui-ci). Ce sont ces éléments qui faisaient l’objet d’un article récent sur ce blog. L’accès gratuit et à jour à des ressources auparavant payantes ou inexistantes constitue clairement un progrès à mettre à profit par tout préparationnaire en 2012. Attention cependant : prenez uniquement ce dont vous avez besoin et ne vous perdez pas dans le trou noir. Faites de l’abondance d’information un atout, n’en soyez surtout pas l’esclave, car il est clair qu’aucune ressource ne sera la réponse parfaite à vos problèmes. En particulier pour les exercices, dites-vous bien que :

  • ✓ Votre professeur est le mieux placé pour vous donner les exercices les plus pertinents pour vous
  • ✓ Ne pas chercher à fond les exercices est une perte de temps
  • ✓ A l’écrit comme à l’oral, on attend de vous une solution expliquée et rédigée : faire des QCM sur internet est donc, encore une fois, une perte de temps


  • – Les logiciels d’aide à la productivité. Des applications pour portable peuvent vous faciliter la vie : calculer vos cycles de sommeil (Sleep Cycle), établir des fiches mnémotechniques, en particulier pour les langues (AnkiSRS, Supermémo). Un bémol sur les applications de soi-disant e-learning, qui sont plus souvent des placebos à la réelle productivité que des boosters.

    – Les « passe-temps » Facebook, Twitter, et le Tumblr de Justin Bieber ont extrêmement peu de portée pédagogique. Ils peuvent faire partie de votre temps de décompression, qui doit donc être limité et encadré. Si vous êtes en internat et que vous avez la chance de ne pas avoir d’ordinateur portable ou de tablette, vous limitez les risques ! Sinon, une astuce : vous pouvez greffer des petits logiciels ou « plug-ins » à votre navigateur internet, qui limiteront ou empêcheront l’accès à certains sites préalablement inscrits (par vous) comme responsable de votre perte de temps. Jetez un œil à Blocker.

    Si les supports digitaux peuvent être utiles et sont dans certains cas à conseiller, il y a beaucoup de pièges, et le simple fait de les éviter vous donnera de l’avance sur les autres candidats. Tranchons donc, pour ceux qui se poseraient la question : vous n’avez pas besoin d’ordinateur ou d’Ipad en prépa, et d’expérience, il est probable que cela vous desserve même à long terme.

    Nous mesurons pleinement l’ironie de dire cela sur un blog, qui plus est relayé par Facebook et Twitter, mais votre réussite passe avant tout ; observez ceux d’entre vous qui ne possèdent pas d’ordinateur ou d’Ipad : ils ne se posent même pas ce problème-là, et c’est très souvent tant mieux.

    PS : cet article est cross-posté sur integrerlx.fr, car pertinent aussi en prépa scientifique !

Le Flow

Le Flow

Quand fut la dernière fois où vous vous êtes senti 100% concentré sur votre travail, où rien n’existait au-delà de votre manuel ou de votre feuille, où aucune distraction ne semblait pouvoir troubler votre avancée dans l’exercice effectué, votre compréhension du phénomène étudié ?

Il existe un état mental de concentration maximale, où l’exécutant ne fait qu’un avec la tâche qu’il exécute : le flow. Cet état est l’équivalent du Saint-Graal pour les sportifs, les musiciens ou mêmes certains businessmen, pour qui il permet un progrès rapide, décisif dans la domination de leur discipline et la maximisation de leurs efforts.

La question est donc : comment apprivoiser cet état ? Comment, d’une disposition fugace et sporadique, en faire un état stable que vous pouvez convoquer à chaque fois que vous en aurez besoin ?

Les lecteurs de Je Vais Vous Apprendre à Intégrer HEC trouveront, dans les pages 46, 47 et 48, des éléments efficaces et rapides à mettre en place pour maximiser leur disposition à la concentration. Nous avons aussi posé la question à différents élèves pour qui la question de la concentration au travail était essentielle en prépa.

Pour Luc, HEC 2010, l’impératif d’absence de distraction « je m’enfermais dans une salle en sous-sol dans laquelle je bossais avec des potes, chacun sur quelque chose de différent ; comme ça, on se surveillait les fenilpropionato uns les autres ». Antoine, ESSEC 2013, avait lui un système plus personnel « je faisais des pactes avec moi-même, où je ne m’autorisais aucune activité le soir si, dans la journée, je n’avais pas accompli ce que je m’étais fixé. Je prévoyais aussi de changer de matière rapidement (toutes les heures environ), pour que la tentation de « caler » sur une matière ne soit pas trop forte : j’avais toujours quelque chose d’autre à faire derrière, pas le temps de m’arrêter »

Un outil comme eggtimer, pour appliquer des techniques comme la technique Pomodoro (25 minutes de travail, 5 minutes de repos) pourra vous aider à appliquer la deuxième technique.

Combattre la procrastination (2/2)

Combattre la procrastination (2/2)

Deuxième et dernière partie de nos suggestions sur la lutte contre la procrastination. Dans la première partie, nous avons déjà vu qu’il était salutaire de comprendre, suivant les cas, s’il s’agissait d’une procrastination pourquoi ou d’une procrastination comment, et de compartimenter son temps de façon à totalement le contrôler. Aujourd’hui, trois autres habitudes à prendre.

3. Apprenez à aimer travailler. Beaucoup de préparationnaires ont été conditionnés à penser que des élèves réellement intelligents n’avaient pas besoin de travailler dur pour réussir dans ce qu’ils entreprenait. Pour la plupart d’entre eux, cette pré-conception héritée n’a pas été démentie par leurs années lycée, qu’ils ont passées à faire fructifier leurs facilités sans faire d’effort pour les développer.

C’est pourquoi il est nécessaire que vous fassiez l’effort conscient de bien comprendre intérieurement pourquoi vous devez travailler. Décrire toutes ces raisons, à court terme et à long terme, serait l’objet d’un autre article : faites l’effort, en attendant, de le faire vous-même. Aussi incroyable que cela puisse paraître à ceux qui viennent de commencer leur prépa, il n’est pas rare de trouver des élèves de prépa, surtout en deuxième année, qui ont appris à authentiquement aimer travailler ; cette qualité, qu’ils ont développé, les aide grandement chaque jour.

4. Sachez vous récompenser. Les « procrastinateurs » ont naturellement beaucoup de mal à retarder la gratification de leur travail. C’est pourquoi les jeux, le blabla, la glande sur internet sont si populaires chez eux : la « gratification » y est instantanée. Pour faire de ce penchant naturel une force, apprenez à voir chaque moment où vous remplissez une tâche que vous vous êtes fixé comme un vrai progrès, une gratification en elle-même dans la construction de votre personnalité.

5. Vous n’allez pas aimer ces changements. Acceptez-le et continuez à avancer. « La route vers le but fixé est longue et périlleuse / Et souvent bordée de tavernes aux enseignes lumineuses » (IAM – La Saga). Notre cerveau aime les habitudes. Changer une habitude prend du temps, et les sirènes nous rappelant à nos addictions passées sont difficiles à réduire au silence au nom du but fixé. Combattre la procrastination va être difficile, et très inconfortable au début.

Mais rendez-vous compte de cela : vous n’êtes pas vos habitudes. Vous avez un libre-arbitre qui peut influencer vos actions au jour le jour au nom d’une cause que vous jugez valable. Encore mieux : vous construisez une habitude qui n’en finira pas de porter ses fruits tout au long de votre vie active, et qui peut vous porter loin. Si cela fait mal, c’est un bon signe.

Voici une mind map complète, dont la source nous est inconnue, qui résume très bien les réflexes qu’il est salutaire de prendre pour battre la procrastination.

6 800 candidats, et moi, et moi, et moi

6 800 candidats, et moi, et moi, et moi

Une bonne idée, avant de commencer votre année en prépa, peut être de prendre un peu de recul afin de bien vous rendre compte d’où vous mettez les pieds.

Avez-vous une idée des ordres de grandeur suivants ?

  • – Combien de candidats passent les écoles chaque année ? Combien sont admissibles, combien sont pris ?
  • – Quels sont les barres d’admissibilité, chaque année, et comment évoluent-elles ?
  • – Au delà des Parisiennes, quel est le réel classement des écoles entres elles, et comment fluctue cette dynamique sur 15 ans ?

On ne pense que peu à tout ça, la tête dans le guidon, durant la prépa. Pourtant, exactement savoir de quoi est fait cette matrice dans laquelle vous entrez, et ce qui vous attendra à la sortie sera un facteur de motivation important. Vous garderez les pieds sur terre en constatant que ces nombres ne sont pas aussi gargantuesques qu’ils en ont l’air quand on n’en a pas connaissance.

Un site extrêmement bien fait en la matière est bloom6.free.fr, qui recense, depuis une dizaine d’années, l’ensemble des statistiques des concours fournies par Sigem, et le présente sous une forme élégante et décortiquée pour vous.

Tenez-le vous pour dit !

Que faire après les écrits

Que faire après les écrits

Félicitations !

Si vous êtes en deuxième année, vous venez de passer l’épreuve des écrits, qui est sans nul doute la partie la plus redoutée des concours. Comme vous le verrez, les voyages et rencontres qu’implique le passage des oraux des grandes écoles de commerce feront de cette expérience un moment tellement à part de votre prépa HEC, qu’il passera très rapidement d’une part, et qu’il pourra, pour certains, être une période très agréable de votre scolarité. Mais nous y reviendrons plus tard.

Cela figure en haut de la page 4 de PHDAAI : ce qui importe, pour le moment, c’est que vous preniez une longue pause. Dans la semaine qui suit, prenez des vacances et n’emportez rien qui soit de près ou de loin lié au programme de prépa HEC, à la préparation des oraux des écoles de commerce et faites une croix momentanément sur vos démonstrations de maths, vos expressions idiomatiques en langues vivantes, votre thème de philo ou votre histoire géo. Ce moment est à vous.

Dans les semaines qui vont suivre, ce blog postera des résumés de ce à quoi vous attendre pour les oraux, des profils de diplômés d’école de commerce pour avoir de quoi dire au cours des entretiens de personnalité, et des astuces corollaires à l’ensemble de ce qui est déjà présent dans prépa HEC, d’admissible à intégré, votre guide de méthodes sur les oraux de 15 écoles de commerce.

Donc restez en contact et d’ici là, bonnes vacances !

3 règles de révision (que néglige la plupart des candidats)

3 règles de révision (que néglige la plupart des candidats)

Pour la plupart des deuxième année de prépa HEC, cette fin de semaine marque leur entrée dans la phase finale du cursus des deux ans, leur premier contact réel avec les concours d’entrée aux grandes écoles de commerce. Dans cette phase spéciale, trois éléments fondamentaux sont à prendre en considération pour maximiser le dernier réel effort que vous aurez à faire de votre scolarité.

1. Planifiez précisément chaque jour, et tenez-vous à votre plan. Le planning d’une journée comprend des plages définies pour chacune des cinq matières (maths, LV1, LV2, Histoire/éco et Philo), et est réitéré chaque jour sans surprise. Prévoyez votre planning ce week-end : la régularité sera clé dans la gestion de votre effort. Placez les matières qui nécessitent pour vous le plus d’efforts le matin : vous aurez plus d’entrain et serez plus productif. Pour la plupart des étudiants, ces matières sont les maths et de la philo. Tout le monde fait un planning, mais peu s’y tiennent réellement ; répartir intelligemment vos efforts selon un découpage pré-pensé vous confèrera une avance précieuse sur les autres.

2. Consignez minutieusement chaque effort fait. Lors de votre revue des éléments traités au cours des deux ans, vous tomberez fatalement sur des dates-clés d’histoire, des démos de maths, du vocabulaire de langue, qui malgré toute votre application, vous étaient complètement sortis de la tête. Aucune anomalie : c’est à cela que servent les révisions. En revanche, vous devez vous assurer que ces trous seront colmatés pour du jour J, et c’est dans ce suivi que la plupart de vos camarades pèchent. Dans chaque matière, dès que vous vous trouvez confrontés à une telle situation, consignez précisément, sur une fiche prévue à cet effet, la difficulté qui vous fait trébucher ainsi que la façon de la surmonter. Entamez toutes vos journées en relisant les fiche de la veille, et faites un point chaque semaine pour revoir l’ensemble de vos fiches. La perfection n’est approchable que par la répétition !

3. Sachez profiter des temps forts, et gérer les temps faibles. Les révisions sont un moment particulier, qui exige un effort auquel peu d’étudiants sont préparés. Durant les trois semaines qui vous séparent des concours BCE, vous devez gérer cet effort adéquatement. Dans les moments où vous travaillez, imposez-vous de respecter le planning fixé, quitte à minuter vos efforts. L’imminence de la prochaine échéance vous mettra la pression suffisante pour maximiser votre concentration. De même, profitez du matin pour abattre les tâches les plus exigeantes. Le reste du temps, évitez les distractions et l’internet, mais prévoyez des soirées off où vous vous sortez, et des plages pour le sport : courir ou marcher ne serait-ce qu’un quart d’heure le matin avant d’entamer les révisions est un extraordinaire boost pour la journée. Couchez-vous et réveillez-vous toujours aux mêmes heures. Testez la power nap, sieste-éclair d’un quart d’heure entre midi et deux qui boostent votre concentration l’après-midi.

Souvenez-vous : tout est fait. Vous venez de sortir de deux ans de prépa où vous avez acquis une masse de connaissances formidable. L’enjeu n’est maintenant que de les cartographier précisément dans votre tête, afin de vous mettre dans les meilleures dispositions possibles pour les exposer intelligemment. Courage, tout ne sera bientôt qu’un souvenir.